Ralentir pour réussir : comment reprendre la main en entretien d’embauche ?

L’article du jour est assez spécial : il fait parti du festival « A la croisée des blogs » initié par le site DeveloppementPersonnel.org. Ce mois-ci, c’est Alexandre Philippe qui l’organise sur son blog, avec un thème qui me tient à cœur :

Ralentir pour Réussir

Oui, rien de moins que ça. Cette thématique est d’autant plus intéressante qu’elle s’applique pleinement à l’approche nécessaire à un entretien. Je me concentrerai sur une approche opérationnelle. Nous verrons donc ici plusieurs situations dans lesquelles ralentir va vous permettre de réussir.

1°) Prendre le temps de se conditionner positivement

ralentir-pour-reussir-parler

Oui, vous pouvez vous entraîner avec un casque. (source : Masters Of Sex)

 

On démarre avec un des points fondateurs de DecrocheTonJob : la différence entre 2 sportifs de haut niveau se situe principalement dans le mental. J’avais abordé ce point dans l’article sur le bon état d’esprit et c’est effectivement décisif : il faut savoir préparer un état d’esprit positif et motivé pour aborder un entretien ou un appel téléphonique dans les meilleures conditions.

Donc lorsque vous avez un entretien pour ce poste tant convoité, prenez 2 minutes en face de vous-même et dites-vous les choses suivantes : vous êtes génial, vous êtes super intelligent et en plus, vous ne demandez pas tant que ça comme salaire (même si vos prétentions salariales annuelles sont de l’ordre de 6 chiffres).

Vous vous rendrez compte que cela vous fera un bien fou avant l’entretien. Maintenant que vous êtes une machine de guerre, c’est parti pour l’entrée dans le vif du sujet !

 

2°) Parler moins vite : le secret des candidats confiants

Ce point a déjà été énoncé dans l’article sur la maîtrise du ton de la voix : parler avec un rythme mesuré en marquant des silences après les phrases les plus importantes donne de l’importance à votre discours. Je parlerai même de musicalité du discours : votre ton conditionne l’intérêt de votre interlocuteur.

Les exercices qui sont indiqués dans l’article sont plus que jamais les bons pour améliorer votre manière de parler, alors abusez-en ;-)

Cela pourrait paraître facile si vous n’aviez pas un interlocuteur en face de vous : lui dispose de son propre ton et d’une vitesse d’élocution à même de varier selon son état de stress, l’heure de la journée ou encore le nombre de cafés ingérés.

La tendance au mimétisme social est forte dans ce cas : vous risquez de parler aussi vite que lui.

Sachez l’éviter : concentrez-vous sur vos paroles, parlez au rythme auquel vous vous êtes entraîné et continuez de marquer des blancs.

De la sorte, vous apporterez de la sérénité à votre interlocuteur, et son inconscient vous remerciera.

Bref, parlez posément et d’une façon assurée pour cartonner en entretiens !

 

ralentir-pour-reussir

Vous pouvez alors vous attendre aux effets de la célèbre phrase : quand l’inconscient sourit, le conscient est à moitié dans… Non, oubliez, c’était idiot. (source : Mad Men)

 

3°) Prendre le temps de répondre

Je répète ce point provenant de l’article de conseils pour s’exprimer, sachez prendre le temps de répondre aux questions.

Quand vous réfléchissez à la réponse à une question, vous bénéficiez de trois avantages importants :

Vous donnez forcément une meilleure réponse. Evidemment, réfléchir à votre réponse implique d’en envisager plusieurs, et choisir la réponse qui vous correspond le plus est donc plus solide que de répondre ce qui vous vient spontanément à l’esprit.

 

Vous présentez des propos cohérents. Prendre le temps de répondre permet d’éviter ce que j’appelle « le syndrome du pilote de l’air ». Ceci vous arrive quand vous commencez une phrase sur de mauvaises bases et que vous essayez de la rattraper. Du coup vous rajoutez des nouvelles propositions, qui n’ont qu’un seul résultat : la phrase devient de plus en plus obscure pour tout le monde. Si vous vous rendez compte que cela vous arrive, interrompez de suite votre phrase en annonçant que vous allez recommencer votre réponse. 

 

prendre-temps-repondre

Ceux qui regardent Desperate Housewives se rappelleront de ce superbe ressort scénaristique… (source : vous l’avez devinée)

– Enfin vous prenez le temps d’interpréter positivement la question du recruteur. Vous le savez, un entretien n’est parfois pas le moment le plus courtois. Il se peut donc qu’on vous pose des questions  déroutantes, en tout cas dans l’état d’esprit dans lequel vous êtes. A vous de chercher la réponse positive que vous pouvez fournir. Certains me répondront qu’il faut savoir riposter lorsque l’on est attaqué, et c’est précisément ce que je propose.

Il faut savoir qu’une question aux apparences agressives peut soit ne pas l’être vraiment, auquel cas répondre par l’agressivité va vous desservir, soit l’être délibérément, auquel cas vous entrerez avec l’agressivité dans le piège d’un recruteur certes perfide, mais recruteur tout de même.

Répondre de manière positive montre votre confiance en vous, votre volonté de réussir et mieux, votre valeur en tant qu’individu face à l’adversité.

Donc pour les personnes un peu sanguines, encore une fois : prenez le temps de formuler vos réponses (vous pourrez vous défouler plus tard en salle de boxe, bien plus efficace que Wii Fit).

4°) Prendre le temps d’analyser les échecs… Et les réussites !

analyser-reussites

Quand Beecher réussit, Beecher savoure ! (source : Oz)

Ce dernier point est aussi l’un des plus important pour votre épanouissement personnel. En effet, on a tendance à toujours dire qu’il faut analyser chaque défaite pour en comprendre les causes. Je suis d’accord avec cette affirmation, car cette analyse va vous donner les moyens d’éviter les erreurs dans vos entretiens futurs.

Toutefois, je pense qu’il faut aller plus loin et analyser chaque résultat : les échecs, et surtout les réussites.

Grisés par la réussite, très peu d’entre nous se disent qu’il faut prendre le temps de l’analyser et de la comprendre.

Après tout, si ça marche, et bien ça marche, n’est-ce pas ?

Ce pas est le premier vers le refus d’une indéniable vérité : la réussite, ça se construit et ça se provoque.

Alors quand vous réussissez quelque chose dans la vie, prenez 5 minutes pour  repenser : qu’avez-vous bien fait pour cela ? A quels moment vous êtes-vous étonné vous-même ? Comment pourriez-vous faire pour être capable de reproduire de telles performances ?

Notez tout cela dans un cahier : le cahier de la réussite. Ce petit cahier pourra être un ami de taille lorsque vous rencontrerez des difficultés dans la vie.

Voilà pour ces conseils sur ce thème excellent proposé par Alexandre Philippe. Je ne peux d’ailleurs que vous encourager à aller jeter un oeil à son site, ceclair.fr, qui propose de développer l’efficacité qui sommeille en vous.

Et vous, dans quelle situation avez-vous préféré ralentir pour réussir ? Postez votre réponse dans les commentaires !

Share This Post
Fabrice Touzet
Je suis passionné par les techniques pour savoir se vendre en entretien de recrutement. J'anime un blog avec du contenu gratuit pour préparer un entretien d'embauche, bien négocier son salaire ou encore réussir sa carrière professionnelle. Pour bénéficier de tous ces conseils exclusifs et plus encore, ne manquez pas de vous inscrire à la newsletter de mon site, www.decrochetonjob.fr .
Related Posts
Préparer un entretien : 8 conseils pour mieux s’exprimer
Entretien avec plusieurs interlocuteurs : les clés pour réussir !
Passer un entretien par Skype : ce que vous devez savoir pour mettre les chances de votre côté
1 Comment
  • Sophie
    Reply

    Votre blog est vraiment passionnant. J’aime beaucoup vos conseils et l’humour que vous y glissé. Merci.

Leave Your Comment

Your Comment*

Your Name*
Your Webpage

candidaturechercher un travailentretienrecrutementrecruteur