Qualités et défauts en entretien d’embauche : Que répondre ?

Dites-moi vos trois plus grandes qualités et trois plus grands défauts…

Cette question semble avoir été créée en même temps que les entretiens d’embauche. Un consultant me demandait même récemment : « on la pose encore, cette question bateau ? », un brin lassé. Et bien, alerte spoiler, oui, on l’utilise toujours. Et pour cause : elle est incroyablement utile pour sélectionner les candidats les plus adéquats. Aujourd’hui je vais donc vous aider à trouver votre réponse à cette question. De l’explication de son utilité pour le recruteur aux réponses que l’on attend de vous, je vous décrirai les bons réflexes à adopter pour passer cette étape avec brio.

Pourquoi s’obstiner à poser cette question ?

Oran

PARCE QUUEEEEEEEE

Plus sérieusement, c’est vrai, après  tout : tous les processus de recrutement évoluent, et pourtant cette question reste. La réponse est évidente : elle est redoutablement efficace.
Lorsque vous répondez à cette question, le recruteur dispose des informations suivantes :
l’adéquation entre ce que vous dégagez et ce que vous pensez de vous : ce que vous dites doit pouvoir être observé dans votre comportement durant l’entretien.

heisenberg

« Ma plus grande qualité ? Mon visage enjoué »

– le niveau de confiance en vous, selon l’ordre dans lequel vous traitez la question. Beaucoup de personnes font l’erreur de parler d’abord des défauts et ensuite des qualités. Cela donne l’impression (souvent à raison) que vous voulez vous débarrassez de la partie « points faibles ». Le message que vous envoyez alors est que vous ne supportez pas vos défauts. Nous allons revenir plus bas sur ce point et pourquoi il est important.

 

awkward-sneak-pee

« Je vais commencer par mes faiblesses comme ça, ce sera fait. »

– votre degré d’authenticité dans l’entretien : cette question sépare les candidats qui se préparent superficiellement (en apprenant des réponses toutes faites) de ceux qui se préparent réellement (en lisant décrochetonjob ;) ). Bref, nous allons voir comment trouver une réponse qui vous ressemble, plutôt qu’une soit-disant réponse idéale.

chuck

« Mon défaut principal ? Perfectionniste « 

 

– et puis enfin, cette réponse est une excellente opportunité pour en savoir davantage sur vous-même : on parle de votre personnalité, non de vos fonctions passées présentes ou futures. Incidemment, tout le monde répond avec de l’affect à cette question, et c’est pour ça qu’elle est intéressante.

 

dfef

« Mon principal défaut ? Mes hobbies. » Dexter

Cette explication dessine les bases de la réponse que l’on attend de vous. Voyons plus en détails de quoi il en retourne.

 

L’honnêteté radicale, votre meilleure amie.

Les raisons pour lesquelles votre interlocuteur vous pose cette question ont un dénominateur  commun : il veut savoir qui vous êtes vraiment.
Vous devez donc répondre le plus honnêtement possible. Au contraire, toute réponse qui donnerait à votre interlocuteur l’impression que vous n’êtes pas sincère serait défavorable pour vous.

Cette question doit être préparée avant de passer des entretiens : elle implique une bonne connaissance de votre personnalité et une bonne dose d’objectivité. Si vous cherchez à être le plus précis possible, demandez à vos proches de répondre pour vous à cette question : quels sont mes trois plus grands points forts, et mes trois plus grandes faiblesses ?

Il est possible que la réponse vous blesse un peu, notamment au niveau des défauts. Après tout, nous ne sommes pas complètement honnêtes avec nous-mêmes.  Toutefois, si plusieurs personnes de votre entourage vous donnent des réponses similaires, vous devez vous faire une raison : au mieux c’est l’image que vous renvoyez, au pire vous êtes vraiment comme on vous décrit.

Au moins désormais, vous êtes au courant.

Si cela vous impacte, il sera toujours possible de vous lancer dans un chantier d’amélioration. Nous verrons cela dans un article sur l’employabilité.

Cette parenthèse était nécessaire car la démarche de réponse à la question des points forts et des faiblesses demande beaucoup d’honnêteté.

 

Cette honnêteté envers votre interlocuteur et envers vous-même implique d’assumer les traits de votre personnalité.

Vous devez donc aborder vos forces en premier, puis enchaîner avec vos faiblesses. Si le recruteur vous demande de répondre dans le sens inverse, répondez-lui en souriant que vous préférez vous appuyer sur ce qui vous permet d’être performant dans votre travail.

En effet, ne présenter que les faiblesses d’une solution n’a jamais permis de prendre une décision sage (vous pouvez me piquer la phrase, c’est le cadeau du jour !).

 

L’essentiel est donc de présenter vos qualités et vos défauts tels que vous les connaissez. Plus vous présenterez des éléments précis et spécifiques, plus vous marquerez des points. De plus, vos réponses auront plus de poids si vous les argumentez efficacement. Voyons comment en démarrant avec les forces.

 

Vos qualités, les fondations de votre différenciation

alec_guinness3

La force Luke, la force

Vos forces, ou qualités, sont vos atouts principaux : c’est sur celles-ci que vous vous appuyez pour faire la différence et être performant au travail, au quotidien ou encore en entretien d’embauche. Ne cherchez pas à être consensuel dans les qualités que vous énoncez : le recruteur recherche ce qui vous démarque.

Lorsque vous connaissez vos 3 plus grandes forces, la meilleure façon de répondre est de citer vos qualités puis d’expliquer en quoi elles vous sont utiles dans votre travail au quotidien.
Plus précisément, vous allez expliquer à votre interlocuteur en quoi vos qualités sont importantes pour le poste auquel vous candidatez.

Pour formuler votre idée, vous pouvez vous inspirer de la méthode CAB décrite ici.
Une fois votre argumentation terminée pour une force, vous faites de même avec la deuxième puis la troisième.

 

Exemple : « on dit de moi que je suis très enthousiaste dans mon travail. Cela me permet souvent de fédérer mes collègues autour d’un projet commun et de les motiver à donner leur maximum. Comme vous recherchez un chef de projet, je suis convaincu que mon enthousiasme pourra être utile pour motiver l’équipe à réaliser nos projets avec le maximum d’énergie. »

Nous sommes généralement tous à l’aise avec l’énonciation des forces : ce qu’on vient de dire vous permettra de situer votre discours au-dessus de celui des autres candidats.
Mais là où vous allez vraiment marquer des points, c’est sur votre capacité à répondre à la question sur les faiblesses.

 

Comment gérer vos 3 défauts

eddard

Mon défaut principal ? Parfois je perds un peu la tête.

Car c’est véritablement cette partie qui est mal traitée en général.

Certains candidats énoncent leurs défauts crûment et se tirent une balle dans le pied.

D’autres mentent éhontément.

Bref, beaucoup de candidats tombent à pieds joints dans ce piège.

Alors comment répondre efficacement ?
Vous commencez à deviner : en étant sincère.
Tout d’abord cherchez vos défauts et soyez le plus précis possible. Dire que vous rendez toujours vos reporting en retard vous sanctionne plus que dire que vous l’envoyez toujours avec 10 minutes de retard. Cette précision permet de relativiser votre « défauts ».
Ce que vous allez préciser ensuite est ce qui va vous mettre en avant. Vous voyez de quoi je parle ?

Un indice : vous devez parler de quelque chose qui montre que vous n’avez pas un défaut, vous avez un point à améliorer. Tout le monde connaît l’expression mais bien peu de personnes la traduisent dans leurs propos.
Concrètement, vous allez énoncer un défaut qui peut compter dans votre travail, et ensuite expliquer comment vous le compensez au quotidien.

C’est ce point qui va envoyer un message très fort à votre recruteur : j’ai des défauts comme tout le monde, mais je les connais et ai appris à les dominer.
Cette capacité à s’améliorer est très importante et recherchée chez un collaborateur.

Exemple : « j’ai toujours eu tendance à arriver avec 5 minutes de retard à mes rendez-vous professionnels. Donc depuis 1 an, j’ai pris l’habitude de partir 10 minutes en avance sur mon horaire de départ initiale. Non seulement cela me permet d’être à l’heure depuis mais en plus ça m’apporte une tranquillité d’esprit pour honorer mes rendez-vous. J’en suis devenu plus performant. »

Vous voyez ? Vous présentez un défaut et montrer le travail qu’il vous demande pour être compensé : c’est le meilleur moyen de montrer votre énergie à vouloir vous améliorer.

Avec ces explications, vous devez être en mesure de mieux aborder cette question et d’en tirer partie pour vous démarquer. Après tout, que ce soient vos qualités ou vos défauts, ce sont eux qui font de vous ce que vous êtes : autant les présenter sous leur meilleur jour, non ?

Share This Post
Fabrice Touzet
Je suis passionné par les techniques pour savoir se vendre en entretien de recrutement. J'anime un blog avec du contenu gratuit pour préparer un entretien d'embauche, bien négocier son salaire ou encore réussir sa carrière professionnelle. Pour bénéficier de tous ces conseils exclusifs et plus encore, ne manquez pas de vous inscrire à la newsletter de mon site, www.decrochetonjob.fr .
Related Posts
Arrêter de stresser en entretien !
Cet atout que vous ignorez et qui va booster votre recherche d’emploi !
Employabilité épisode n°11, n°12 et n°13 : devenir plus intelligent, plus rapide et plus visible !

Leave Your Comment

Your Comment*

Your Name*
Your Webpage

candidaturechercher un travailentretienrecrutementrecruteur